MMW WEDDERBURN 11 ans 2008 Tropical Aging

Rhum Traditionnel – 69%, 70cl
Edition limitée à 2974 bouteilles
Une exclusivité LMDW

Sélectionnée par le négociant hollandais Scheer et par la maison italienne Vélier, cette version vieillie intégralement sous climat tropical à la Jamaïque est le fruit de l’assemblage de 2 fûts distillés en 2008 et de 10 fûts distillés en 2007. Entrant dans la catégorie « wedderburn » des rhums élaborés par la distillerie Monymusk- Clarendon, elle affiche un taux d’esters de 315,6 grammes par hectolitre d’alcool pur. Jusqu’au-boutiste et sans concession, elle nous invite à partir à la découverte d’une palette aromatique et gustative qui oscille entre exubérance, originalité et classicisme. Faisant voler en éclat les frontières de la dégustation, elle traverse les océans pour faire une incursion en plein cœur d’une célèbre île écossaise.

Couleur : topaze.

Description

riche, étoffé. Superbement oxydatif (abricot, ananas mûr) et herbacé (feuille de tabac, laurier), le premier nez évoque un décor constitué de boiseries anciennes. Des parfums de chêne, de musc, de noix grillée et de térébenthine participent grandement à la qualité de cette entame aromatique. Puis, des fruits frais (pomme, prune), du chocolat au lait et du caramel au beurre salé symbolisent une seconde séquence olfactive d’une remarquable fraîcheur. Longtemps après, des plantes (verveine), des épices nobles (muscade, girofle) et des fruits exotiques (mangue, goyave) apposent leur signature.

nerveuse, dynamique. En attaque de bouche, des saveurs d’hydrocarbures (macadam, goudron) forment un socle inaltérable sur lequel viennent se déposer des fleurs des champs (pâquerette, pissenlit), des gousses de vanille, du toffee, diverses épices (cannelle, badiane, poivre noir) et de la coriandre. Particulièrement juteux, le milieu de bouche invite à croquer dans des grappes entières de raisins noirs. Une douce liqueur de fruits macérés rehaussée de safran inonde alors le palais. En arrière- bouche, un nouveau fruit arrive sur le devant de la scène : la banane plantain.

longue, équilibrée. Pleine de sérénité et de majesté, l’entame de la finale met en relief un toucher de bouche d’une grande délicatesse. De la poudre de cacao se mêle à de la cannelle et à des abricots confits. Minérale à souhait (lave, manganèse), elle recouvre au fur et à mesure le palais d’huiles essentielles (eucalyptus, géranium, ylang-ylang, lavande fine). En rétro-olfaction, certains fruits exotiques (banane, ananas) reviennent avec force sur le devant de la scène. Très compact, le verre vide évoquera aux amateurs un bloc de tourbe gorgé d’algues et de sels minéraux.

Acheter