BALLECHIN 12 ans 2007 Jamaican Rum Cask Finish

Highland Single Malt – 59.6%, 70cl
Single Cask #904 – Jamaican Rum Cask Finish
Edition limitée à 258 bouteilles
Une exclusivité LMDW

En 2016, pour célébrer ses soixante ans, La Maison du Whisky avait sélectionné deux Ballechin affinés dans des fûts ayant contenu un rhum de la distillerie mythique Caroni, fermée en 2002. Pour notre Catalogue Création 2020, nous vous proposons de partir à la découverte de cette version affinée dans un fût ayant contenu un rhum de la distillerie jamaïcaine Worthy Park qui avance à grands pas sur les traces de ses devancières. Absolument magnifique, celle-ci se décompose en deux séquences bien distinctes. Le nez et la bouche tout d’abord où l’on voit la tourbe et la canne à sucre rivaliser d’intensité avec une profonde intelligence. La finale ensuite où l’on assiste à la consécration du remarquable distillat de Ballechin.

Couleur : jaune citron.

Description

riche, opulent. Très médicinal (baume, camphre), liquoreux (sucre de canne), tourbé et phénolique, le premier nez est remarquable de profondeur. A l’aération, des épices fortes (poivre noir, muscade, gingembre), de la suie et des blocs entiers de tourbe huileuse et saline envahissent littéralement les papilles. Progressivement, des zestes de citron creusent un sillon acidulé à travers cette épaisse couche terreuse. Puis, des parfums floraux (lys, violette) ponctuent une palette aromatique aussi large que profonde.

à la fois vive et onctueuse. En attaque de bouche, l’influence du rhum Worthy Park fait ressortir des notes de sucre de canne, de miel toutes fleurs et de fruits exotiques (ananas, banane). En milieu de bouche, une tourbe humide et saline prend le relais. Progressivement, celle-ci évolue vers des registres plus médicinaux (sinapisme) et plus empyreumatiques (goudron, grésil). L’équilibre entre les saveurs végétales de l’orge, terreuses de la tourbe et sucrées du rhum est parfait.

longue, dense. L’entame de la finale restitue toute la fougue qui caractérise le distillat de Ballechin. Autant dire qu’à cet instant précis, la tourbe a pris le dessus. Elle est tour à tour charbonneuse, végétale (champignons), herbacée (sauge), champêtre (pissenlit), tendrement chocolatée et médicinale (camphre). En rétro- olfaction, une fine pellicule de cendres recouvre l’intégralité du palais tandis que quelques fruits (pomme Golden, mirabelle) lui procurent une certaine gourmandise. Le verre vide est à l’unisson de la fin de bouche, médicinal, minéral, tourbé et viandé (bacon).

Acheter